Lifestyle,  Slide

Travailler à la maison : comment je reste organisée toute l’année !

 

Salut mes passionnés !

 

Aujourd’hui je vais m’attaquer au monument de « l’organisation ». Ou plutôt comment est ce que je parviens à rester à jour (oui, oui, comme mon ordi), et qu’est ce que je mets en place pour y parvenir.

 

Comme vous le savez, je bosse depuis la maison depuis plusieurs années déjà. Celles et ceux qui bossent at home le savent : c’est vraiment super dur. Passés les premiers mois de vacances, parce qu’en définitive travailler chez soi, sans personne derrière soi, au début, ça peut ressembler à ça… vous vous dites qu’il faudrait peut-être s’y mettre, et que malheureusement glandeur professionnel ça n’existe pas !  Alors vous vous prenez par la main…

 

Voici mes… mettons 10 conseils pour travailler chez soi, que ce soit le temps d’une demi-journée, d’une semaine, ou même d’une année…

 

1

1 – Un planning tu te fixeras

Complexe mais pas impossible à réaliser, à condition de se connaître. À quoi bon commencer à travailler à 7h00 sur votre planning alors que vous savez pertinemment que vous êtes une lève-tard ? Pourquoi faire une heure de running tous les matins, alors que vous détestez courir sous la pluie, et que le risque de pluie est omniprésent pendant deux saisons ? Pourquoi travailler le Dimanche matin alors que vous faites la fête tous les samedi soirs ? Le planning est sans aucun doute l’action la plus dure à mettre en place car il faut savoir doser entre le réalisable et le raisonnable. Parce qu’inversement, même si vous êtes un/une lève-tard, commencer à bosser à 15h n’est top.

Personnellement, je me réveille tous les matins (excepté le dimanche) à 8h00, pour commencer à bosser à 9h00. Certains trouvent que c’est tard, mais je me connais, et je sais que si je me réveille plus tôt, je ne parviendrai pas à faire perdurer cette action dans le temps. Je bosse donc jusqu’à midi (ce qui fait 3h de travail), et je ne reprends qu’à 14h, pour enchaîner jusqu’à 18hoo (pauses comprises). Au final, je bosse 7 heures par jours x 6 jours.

 

2 – Et tu t’y tiendras

Il est important, une fois le planning réalisé, de le respecter. C’est pourquoi, tous les soirs, je me fixe des objectifs réalisables pour le lendemain. Voici comment j’organise mes phases de travail : à 9h, je bosse pendant 50 minutes, puis je fais une pause anglais pendant 10 min (http://www.amazon.fr/ANGLAIS-10-MINUTES-NIVEAU-INTERMEDIAIRE/dp/2400200572/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1447340659&sr=8-1&keywords=10+minutes+d%27anglais), ensuite, je renchaine pour une phase de 50 minutes, puis 10 minutes de pause (je me lève, je me dégourdis les jambes en aérant mon bureau), puis je termine avec une dernière phase d’une heure. Après, une plus longue pause s’impose ! Le but étant donc de se fixer des petits objectifs réalisables pour chaque phase. Par exemple, pour la phase 1, je rédige un article pour mon blog, ensuite, phase 2, je m’occupe des photos et phase 3, relecture et mise en ligne.

 

3

3 – Du sujet point tu ne t’écarteras

Internet ou encore la tentation du monde 2.0. C’est sans doute l’une des premières difficultés à laquelle on se heurte en bossant chez soi. Un mail t’informe des soldes chez Mango ? Non mais âllo (oui je l’ai dit) c’est les soldes quoi ?!! Plus sérieusement, ce que je veux dire c’est qu’on a toujours une bonne raison de remettre son travail à demain. C’est tellement facile d’être fatigué, de devoir regarder le dernier épisode d’une série, de procrastiner. Mais avec Internet, la tentation devient encore plus accrue. Du coup, je me suis fixée pas mal de règles, pas toutes  faciles à respecter. Tout d’abord, mon portable est en silencieux et absent de mon bureau lorsque je travaille. Ensuite, j’essaie de faire tout le travail que je peux sans ouvrir internet, histoire d’en avoir fait le maximum si jamais j’échoue lamentablement (soyons sérieux, même le plus fort des fort peut tomber). Cependant, j’ai mis en place des petites choses pour ne pas être tentée. Tout d’abord, j’ai regroupé tous mes centres d’intérêts dans des favoris. Je les ai classés dans des dossiers pour qu’ils ne soient pas visibles lorsque j’arrive sur ma page d’accueil. Ensuite, je me suis créé plusieurs boites mail, et je ne reçois les notifications que de la boite « sérieuse ». Autrement dit, les mails de pub ne viennent plus à moi, c’est moi qui les ouvre si je suis intéressée en me connectant. Autre avantage : comme je ne les vois plus aussi facilement, je suis moins tentée et je dépense moins ! C’est du gagnant-gagnant !

 

44 – Un agenda à jour tu tiendras

Je n’ai qu’un agenda, papier. Pourquoi papier ? Avant, je n’utilisais que le calendrier de mon iPhone. Et puis ce-dernier s’est cassé et j’ai perdu toutes mes données. Je sais qu’il existe plein d’applications possibles et imaginables, mais depuis cet accident, rien ne remplace pour moi l’agenda papier. J’ai donc investi dans une super bel agenda (oui oui, le physique des agendas compte), qui ne me quitte jamais, que je tiens à jour et que je consulte tous les jours. Il me permet également de noter ce qui me vient en tête, des idées d’articles, de vidéos, des TO DO listes…

 

5 – Un espace de travail tu organiseras

Étape vraiment super importante, aussi bien pour le travail que pour la vie de tous les jours. J’ai commencé à trier tous mes documents, fichiers, livres, en fonction de la matière, des phases…

Ensuite, j’ai investi dans un meuble pour ranger tout mon matériel d’Art (photos, peintures, couture….)

Et enfin, j’ai organisé mon bureau. Dans deux porte-documents, j’ai placé les matières que je bosse le plus souvent, voir tous les jours. J’ai donc un espace de décoration d’intérieur, les documents concernant mon blog, mon agenda et mon livre d’anglais.

J’ai également une lampe de travail, mon mac et un porte-stylos.

Cette action me permet de ne pas chercher pendant des heures un document, et tout simplement d’organiser mon espace de travail afin qu’il soit libre et aéré !

 

6

6 – Au calme ton cerveau bouillonnera

Je ne jamais compris les personnes qui parviennent à travailler aussi bien en écoutant du hardrock, que devant un film, ou même à côté de personne en train de parler. Je vous rassure, je en suis pas non plus le genre de personne à bosser avec des boules Quiès et à péter mon câble au moindre bruit. J’ai toutefois noté que je bosse beaucoup mieux dans un espace calme, sans musique, ou pour ma part avec de la musique classique (je sais ce que vous allez me dire… le pauvre fille, elle écoute du Mozart pendant 7h… De 1, il y a des musiques superbes de Mozart, et de 2, même si vous n’êtes pas porté classique, je suis sûre qu’il y a des musiques de films (les thèmes j’entends) qui vous plaisent. Par exemple la musique du Seigneur des Anneaux, de Gladiator. Pour ma part j’adore mais telllllement The Meadow d’Alexandre Desplat (Twilight 2). Vous mettez le tout dans une play list et le tour est joué !

Je sais également que certains(es) d’entre vous n’ont pas un espace personnel pour travailler. À vous de fixer des règles avec la personne avec qui vous travailler (votre frère / sœurs, votre copain/copine…) Au dernier recours, les boules Quiès, ou les bibliothèques peuvent vous donner quelques heures de calme.

 

7

7 – Des pauses tu t’accorderas, ton esprit ainsi s’aérera.

C’est très important. Comme je vous l’ai montré dans l’étape « et s’y tenir », je m’accorde une pause de 10 minutes au bout d’une phase de travail de 50 minutes. Et au bout de trois phases, une pause plus longue d’une heure minium. Pourquoi autant de pauses ? Parce qu’au bout d’une heure le cerveau sature et n’est plus assez réceptif. Une pause de 10 minutes permet à l’esprit de s’aérer (en même temps que votre lieu de travail c’est mieux), et de pouvoir repartir avec les batteries chargées à bloc ! Au bout de trois phases, il est nécessaire de faire une plus longue pause, afin de déconnecter complètement. En général, je me fais ma pause déjeuner, ou mieux je fais du sport (Wii), ce qui me permet de reprendre le travail complètement détendue !

 

8 – Une fois par journée tu sortiras

Lorsque j’ai commencé à travailler chez moi, j’ai eu un gros défaut (dont j’ai du mal à me débarrasser encore aujourd’hui), celui de rester toute la journée à la maison. C’est vraiment super important important de sortir, de voir du monde, et même plus simplement de respirer de l’air frais, de profiter de quelques rayons de soleil. J’ai réussi pour ma part à me trouver de trois motivations pour sortir :

– aller voir des amis, ce qui correspond à la partie facile voir évidente. Mais comment dire, vos amis peuvent bosser eux, entre 14h et 15h, ou alors, tout simplement, le simple fait de vous rendre chez eux,  votre pause d’une heure s’est écoulée. Donc ce n’est pas si évident que ça pour la semaine.

– profiter de quelques rayons de soleil pour travailler dehors. Alors je sais, ça nécessite quelques petites chose qu’on n’a pas forcément : un balcon/ ou une terrasse, une table et une chaise (bien pratique ces choses-là), une prise électrique à proximité pour nourrir l’ordi, et occasionnellement du Soleil et un minium de 18°C, ce qui n’est pas chose sûre pendant une bonne moitié de l’année…

– aller courir, ou plus généralement faire du sport extérieur. Mais bon qui veut aller se bouger le gras par temps de pluie ou de -5°C ?? Personne ? Seriously ??

– le plus facile, et l’élémentaire mon cher, aller marcher, se promener, cueillir des pâquerettes, aller acheter quelque chose, comme votre pain, un médicament, votre déjeuner. Si possible partir avec quelqu’un pour éviter d’avoir à se parler à soi-même… ! Bref, oubliez la voiture, le bus ou le train, et marchez, faites du vélo, courrez !

 

9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9 – Régulièrement tu te féliciteras

Dernier point méga important, quoique légèrement bizarre dit comme ça. Personnellement, le plus dur lorsque j’ai commencé à travailler à la maison est de ne plus avoir eu quelqu’un derrière moi pour me féliciter de mon boulot, ou pour m’engueler me dire plus ou moins gentiment de me bouger.

Sérieusement, le fait d’avoir quelqu’un derrière soi est rassurant et encourageant, alors que lorsque l’on est chez soi, on est en quelque sorte « livré à soi-même ». Et on a beau se répéter qu’on a fait du bon boulot, il nous manque la reconnaissance extérieure qui est, individuellement parlant, vitale pour l’auto-estime de soi, de son travail et de ses capacités. C’est donc super important de travailler en rapport avec la société : que ce soit de montrer votre travail à votre famille, vos amis, d’être en contact avec un professeur pour une formation par correspondance par exemple, vendre des créations en ligne, publier des DIY…

 

10 – Fier de soi tu seras

Pour beaucoup de personnes, et j’étais clairement dans cette catégorie avant de commencer à travailler à la maison, le fait de travailler chez-soi n’est pas réellement reconnu. Je m’explique : lorsque je dis aux personnes que je fais une formation de décoration d’intérieur par correspondance, les ¾, en me souriant, me demandent avec sous-entendu « Et ce n’est pas trop duuuuur ? » Tu leur rajoute un clin d’œil et c’est le parfait exemple de la tête à claque (oui, c’est un euphémisme). Non mais sérieux ?! Qu’est-ce qu’ils ont les gens à penser que parce que je travaille chez moi je bosse moins qu’eux ? Parce que clairement c’est faux. En tout cas dans mon cas. Je pense qu’il y a tout autant de mérite de travailler par ses propres moyens, de se fixer ses propres objectifs et d’y arriver à la sueur de son front, très classe Delph, que de travailler « parce qu’il le faut », parce qu’on va se faire gronder par ses parents, parce qu’on va se faire virer par son boss….

Moi je dis oui au boulot qui paie le loyer, quelqu’il soit !

Alors, vous tous qui travaillez depuis chez vous, relevez la tête et prenez votre travail, votre projet, au sérieux. Parce que personne ne peut juger une personne qui bosse pour y arriver.

 

xoxo

Capture d’écran 2016-01-05 à 15.34.53

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON