Lifestyle,  Slide

Welcome back

Pour tout vous dire, je ne sais pas comment débuter cet article. Cela fait tellement longtemps que je ne suis pas venue par ici, que cela me me semble être un postulat. Mais non, je vous rassure, c’est bien moi et je suis bien là après ces longs mois d’absence. Je vous dois des milliers d’explications, même si je ne sais pas vraiment par où commencer.

Alors tachons de faire ça avec ordre et efficacité. Plus facile à dire qu’à faire tant les éléments semblent confus.

 

L’avant

J’ai souffert depuis début Janvier d’une hernie discale qui s’est déclenchée sur mon lieu de travail. Les mois qui ont suivi ont été rythmés par des hauts et des bas. Enfin surtout des bas. La douleur était permanente et très invalidante. Même si je l’ai traité par le mépris au début, mon état s’est aggravé. Adieux le sport, les promenades, la danse, la position debout, puis la position assise. Le mois de Juin a été la goute d’eau qui a fait déborder le vase déjà bien plein : incapacité à bouger, fourmis dans le pied, shootée à la codéine… Ma hernie ayant résistée à tous les traitements classiques, je n’ai eu d’autre choix que l’opération. Et croyez-moi, si on m’avait dit en Janvier que j’allais être opérée du dos (ce qui était pour moi à la même échelle qu’une amputation, à quelques degrés près) je ne vous aurais jamais cru.

 

L’après

Je dois me rendre à l’évidence : mon état était trop critique pour ne rien faire. Une femme de 25ans clouée au lit, on a vu mieux. Alors direction la clinique, opération en ambulatoire, retour chez moi le soir même avec l’impression de m’être fait transpercée par une épée…

S’enchaine un premier mois où chaque petite réussite est une victoire : un balade de cinq minutes, pouvoir prendre ma douche sans aide, pouvoir m’assoir le temps d’un repas… Bref, vous l’aurez compris, l’heure était à l’humilité. Et croyez-moi, tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne sait pas ce que sait.

Le second mois a été un peu mieux, bien que cela reste relatif. Début de la kiné, possibilité de passer un petit mois au bord de la mer. C’est presque le rêve. Je ne sais pas ce qui a été le pire néanmoins : voir tous mes proches vivre pleinement leurs vies et les regarder faire avec envie, ou essayer tant bien que mal d’ignorer la douleur lorsque je reste trop longtemps assise, devoir rester plantée sur un fauteuil de vieux à la plage parce que je ne peux pas m’étendre comme une larve sur le sol… Bref, même si les progrès physiques étaient très encourageants, c’est le moral qui a commencé à en prendre un coup.

Enfin, le dernier mois a été rythmé entre rééducation, rangement, et réflexions. Et oui, parce que même si le corps va désormais beaucoup mieux, les séquelles restent toutefois encore bien présentes à l’esprit et je sens l’appréhension me bloquer dans mon élan.

 

Et maintenant ?

Alors un petit pas après un autre, je tente de remettre un peu d’ordre dans ma vie. J’ai commencé par mon avenir professionnel. Parce que croyez-moi, après tout ce temps, je ne rêve que d’une chose : bosser. Incroyable et pourtant vrai !

Ensuite, il a fallu opérer un rangement de printemps dans toutes mes affaires. Maintenant que j’arrive à voir un peu plus loin que le fond de ma chambre, j’ai déterminé ce qui avait de l’importance à mes yeux. Et ce blog en a.

J’aime l’écriture et le partage.

J’aime la décoration, son empreinte sur nos vies, nos esprits.

Alors me voici de retour, l’esprit bouillonnant de mille idées qu’il me faut mettre en place. Alors tenez-vous prête, Delph is back !

 

J’espère que votre rentrée s’est tous bien passée, je vous souhaite le meilleur pour cette nouvelle année scolaire.  Nul ne sait de quoi demain sera fait, je suis bien placée pour le savoir. Et pourtant quoiqu’il arrive, n’oubliez jamais ces mots de notre cher professeur Dumbledore :

On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres… Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière.

 

A très vite,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON